Produire plus dans les prairies «maigres»

Produire plus dans les prairies «maigres»

Joseph Pousset

Description:

L’herbe de bonne qualité est le meilleur aliment pour les herbivores et souvent le plus économique à produire. La prairie  temporaire  est  une  excellente  tête  de  rotation  et  un  des  meilleurs  moyens  d’améliorer  structure  et  vie microbienne de la terre.Laisser les terres difficiles en herbage est souvent judicieux.Beaucoup  de  qualités,  donc;  malheureusement  la  production  herbagère  est  très  dépendante  de  la  nature  du terrain et de la pluviométrie estivale.Elle dépend également beaucoup de la manière dont elle est conduite, en particulier de la technique de pâturage, de  la  fréquence  des  fauches  et  de  tout  l’entretien  dont  elle  est  l’objet  (coupe  des  refus,  hersages  éventuels, décompactages occasionnels, etc.).Mais si on suppose que toutes ces opérations sont bien gérées, il reste que certaines prairies produisent assez peu parce qu’elles sont «séchantes» ou trop humides ou sur sol trop superficiel, etc.Je  ne  parle  pas  ici  des  herbages  «extrêmes»  évoqués  dans  le  document  biodoc  n°  11  ni  de  ceux  qui  sont dégradés (biodoc n° 10). Je pense simplement à des prairies plus ordinaires, bien tenues mais dont on voudrait augmenter  la  production,  pour  une  meilleure  sécurité  fourragère.  Surtout  à  notre  époque  d’incertitude  sur l’évolution duclimat et les risques accrus de sécheresses.